La voie du thé !

Je partage avec vous l’article ci-dessous, lu sur le site de Génération Yang Sheng, intitulé « le Dao du thé » ou la voie du thé. Etant moi-même amatrice de thé (accro au thé serait plus exacte…), le titre m’a interpelée et incité à lire l’article. En tant que praticienne en médecine chinoise, je connaissais déjà l’importance du thé en diététique, mais j’ai découvert ici comment il était devenu emblématique de l’héritage culturel chinois et de la diététique traditionnelle.

En espérant que cela vous intéresse autant…. bonne lecture !

 

Le Dao du thé

1204301507163La signification profonde de la culture du thé en Chine

Boire du thé dans la Chine ancienne pouvait être considéré comme une méthode de cultivation de soi ou un art. C’est aussi une manière de mieux apprécier la vie. Il existe plusieurs sortes de thé : vert, noir, blanc, fleuri et à base de plantes. Il existe aussi divers types de thé selon les différentes saisons de l’année.

On dit qu’il y a sept choses dont le peuple chinois se préoccupe dans sa vie au quotidien : le bois pour se chauffer, le riz, l’huile, le sel, la sauce de soja, le vinaigre et le thé. Bien que le thé soit placé en dernier dans la liste, il représente néanmoins un héritage culturel important dans la tradition chinoise.

La Chine est à l’origine du thé et de sa culture. Le thé participe à la vie. Ainsi il accompagne le peuple chinois depuis plus de cinq mille ans. Offrir aux invités une tasse de thé est une agréable tradition et les Chinois depuis longtemps apprécient de boire du thé durant un repas et après.

Selon une légende chinoise, le thé a été découvert dans la haute antiquité quand un personnage nommé Shennong Shi, l’un des trois empereurs. C’est le premier herbologue chinois connu et il découvrit le thé alors qu’il cherchait des plantes médicinales. On raconte que Shennong Shi avait un ventre transparent comme le cristal et qu’il pouvait voir de cette manière tous les aliments qu’il avait mangés.

Un jour, Shennong Shi trouve une sorte de plante avec des feuilles vertes et des fleurs d’une couleur blanche. Il goûte les feuilles et remarque une chose étrange : elles circulent dans son ventre et nettoient les aliments qu’il a consommé et en plus elle parfume son haleine et laisse une sensation de fraîcheur dans sa bouche.

Dès lors, Shennong Shi utilise les feuilles pour neutraliser les toxines des plantes médicinales qu’il goûte. Il est extrêmement content d’avoir découvert cette plante détoxifiante.

Il pensait que la découverte du thé, qu’il a nommé « Cha », lui avait été donnée par les dieux célestes comme pour lui manifester leur gratitude pour son acte de bonté dans sa recherche de plantes médicinales pour guérir les maladies des personnes âgées.

Boire du thé s’est transformé en dégustation du thé

Après sa découverte, le thé est passé par plusieurs stades de développement. Aujourd’hui, on utilise l’eau chaude pour faire du thé à partir des feuilles du thé. Dans les temps anciens, le thé était utilisé comme un médicament. Les personnes coupaient les branches des théiers sauvages, prenaient les feuilles à l’extrémité des branches, les faisaient bouillir dans de l’eau chaude et buvaient l’eau. Cela s’appelait «thé bouillie» ou «thé amer» car la façon de le préparer de cette manière produisait un goût très amer.

Sous les Dynasties des Qin et des Han, les gens ont développé de nouvelles méthodes pour préparer et utiliser le thé. Au lieu de faire bouillir les feuilles, ils faisaient cuire le thé pour en faire des « petites galettes » et ensuite les réduisaient en poudre. Par la suite ils mélangeaient le gingembre, la ciboule, et les oranges à cette poudre et appelaient cela « cuire du thé ».

La culture du thé est devenue très populaire sous la dynastie Tang. Graduellement, boire du thé devint une dégustation du thé. Les banquets de thé sont aussi devenus très prisés au palais royal, dans les temples et parmi les savants.

Un banquet de thé est un évènement à la fois solennel et élégant, suivant les règles strictes de la tradition. Le thé doit être de très haute qualité, et l’eau doit provenir de sources d’eau très connues. Les ustensiles du thé doivent être précieux et d’une qualité hors du commun.

Selon la coutume, lors d’un banquet de thé, la personne en charge de la cérémonie doit personnellement mixer le thé ou superviser le mixage en signe de respect envers les invités. Ensuite il s’en suivra la présentation du thé aux convives, la réception du thé qui sera humé pour finir sur l’appréciation de sa couleur avant la dégustation.

Après trois tours de dégustations, les convives jugeront de la qualité du thé, feront les éloges des hautes vertus de l’hôte, profiteront du paysage et de la conversation ou écriront des poèmes.

Sous la dynastie des Ming, les gens versaient de l’eau chaude directement dans une théière ou une tasse qui contenait des feuilles du thé. Boire du thé était devenu plus simple et plus pratique. Cependant, la plupart des personnes buvaient du thé au lieu de prendre le temps pour le déguster.

Sous la Dynastie des Tang, il y avait un homme nommé Lu Yu, qui, après de nombreuse années d’observation et de recherches, a écrit un livre intitulé « Cha Jing » ou l’art du thé. Le livre résume une série de méthodes de la cultivation et la cueillette du thé, à la manière de faire le thé et de le déguster.

Le livre décrit aussi l’importance du thé dans la culture chinoise, laissant entrevoir une première interprétation de la voie du thé. Les gens des générations futures appelleront Lu Yu, le « sage du thé ».

La culture du thé reflète les caractéristiques de la culture traditionnelle orientale, combinant «le thé» et le Dao (la voie). Dans la Chine antique, le Dao, ou la voie, était présent dans toutes les professions et les gens avaient envie de suivre le dao. Et par conséquent boire du thé était devenu aussi le Dao ou la voie.

Le Dao du thé ou la voie du thé accentue le fait d’être harmonieux, calme, optimiste et authentique comme le chemin que doit suivre celui  qui veut atteindre l’état de détachement. La quiétude dans la voie chinoise du thé fait référence à la tranquillité comme un but spirituel à atteindre pour se combiner à la quiétude et à la sérénité environnante. Aussi longtemps qu’une personne garde le calme intérieur, elle peut toujours profiter de la joie de la conversation, des rires, de la musique et de l’opéra.

La culture du thé est une sorte de culture intermédiaire qui permet, comme une méthode, de transmettre l’esprit de la culture traditionnelle chinoise aux générations futures. Dans la dynastie des Tang, Liu Zhenliang a dit dans « les dix vertus de boire du thé » « Le thé perpétue le Dao, et renforce la volonté de la personne qui suit la voie ».

(Source: Epoch Times)

Please follow and like us:
0

2 réflexions sur “La voie du thé !

  1. Salut, bravo pour votre article très fascinant! Je suis de grenoble et je suis intrigué par ce sujet. Grâce à votre blog que je viens découvrir au hasard d’un surf, je vais en connaître davantage. Amicalement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *